Suivez nous sur Facebook
Suivez nous sur Twitter

Mardi 22 octobre : thématiques

Grands dauphins dans le Parc naturel marin d’Iroise. © Sylvain Dromzée / AAMPGrands dauphins dans le Parc naturel marin d’Iroise. © Sylvain Dromzée / AAMP

Thème du jour : Sciences et connaissances pour une meilleure gestion

Les stratégies de création et de gestion d’AMP doivent s’appuyer sur les meilleures connaissances disponibles. Cette journée examine les évolutions scientifiques de ces dernières années et la manièredont la communauté scientifique interagit avec les gestionnaires, les acteurs économiques et le grand public.

thematiques DU
22 OCTOBRE (PDF)

Programme
détaillé

Sciences de la conservation en soutien aux AMP

La biologie de la conservation reste un pilier central de la préservation de la nature et de la prise de décisions. Par souci d’efficacité, il importe en particulier d’examiner la place et le rôle des AMP dans les stratégies de conservation des espèces.

Rôles et effets des AMP [2A]

Que peut-on attendre exactement de telle ou telle AMP en termes de conservation ? Il faut pouvoir répondre à cette question aussi bien en amont de la création d’une aire marine protégée (de manière à sélectionner un site approprié) qu’en aval (de manière à lui assurer une gestion efficace). Pour ce faire, différentes approches et méthodes peuvent être mises en œuvre à différentes échelles, dont les scientifiques débattront en s’appuyant sur des expériences existantes.

Études sur la biodiversité [2B]

Au sein d’une zone ou d’un biome donné, de quelles informations les gestionnaires d’AMP ont-ils besoins pour bien comprendre sa biodiversité et ses interactions ? En lien avec cette question, les scientifiques et les gestionnaires s’intéresseront plus particulièrement aux habitats benthiques, aux espèces migratrices et à la question de la connectivité biologique.

Créer et gérer des AMP à l’échelle des océans

Les stratégies de mise en place ou de gestion des AMP sont aujourd’hui principalement limitées aux environnements côtiers. Protéger 10 % des océans d’ici 2020, comme le prescrit l’Objectif d’Aichi 11, nous à élargir notre champ de vision et à envisager le processus de création d’AMP à l’échelle des océans. Pour ce faire, nous devons améliorer les sciences et les connaissances sur des habitats spécifiques, tels que les mers profondes ou l’Arctique.

Approches à l’échelle des océans [2C]

Il est important de garder une perspective globale lors de la création d’AMP, qu’elles soient grandes ou petites, même celles planifiées au niveau local ou régional.

Écosystèmes océaniques [2D]

À biome spécifique, approches et méthodes de conservation spécifiques. Ce focus aborde le défi de la création et de la gestion des AMP dans les mers profondes, les eaux pélagiques et les régions polaires.

Outils et approches au service des AMP

Un travail de terrain considérable est nécessaire pour comprendre, étudier, inventorier et suivre les espèces, les habitats et les écosystèmes. De nombreuses technologies, souvent développées à d’autres fins, peuvent faciliter ces tâches, pour rendre la gestion des AMP à la fois plus efficace plus performante.

Techniques d’acquisition de données [2E]

Des méthodes et outils techniques adéquats sont essentiels pour réaliser des études scientifiques et des campagnes d’acquisition de données efficaces, et donc comprendre les caractéristiques et les processus de conservation.

Inventaires [2F]

Les inventaires d’espèces et la cartographie des habitats constituent généralement des préalables essentiels à toute mesure de gestion ou de conservation. Ces tâches mobilisent une grande variété de techniques, depuis les observations visuelles réalisées par des plongeurs jusqu’à la télédétection, en passant par les véhicules commandés à distance. Les protocoles doivent être à la fois scientifiquement rigoureux et opérationnels pour les gestionnaires. Les inventaires présentent également des défis en termes de gestion et de partage des données. En raison de leur coût, ils restent perfectibles et sujets à innovation. La taxonomie, enfin, continue à jouer un rôle majeur en matière d’inventaires, l’élaboration de listes rouges restant critique pour la conservation.

Études d’impact  [2G]

Les gestionnaires d’AMP sont profondément préoccupés par les impacts, qu’ils aient pour origine le changement climatique, les activités terrestres et maritimes, ou les mesures de conservation. Mais il se révèle souvent difficile de distinguer les effets de chaque type de pression, de les quantifier d’un point de vue écologique et d’évaluer leurs effets cumulés. Étant donné leur caractère essentiel pour les gestionnaires, les études d’impact comme les stratégies et les techniques de suivi doivent faire l’objet d’un examen rigoureux, pour s’assurer qu’elles sont basées sur des données fiables et des indicateurs bien définis.

Socio-économie et AMP

Les AMP doivent tenir compte des besoins et des spécificités culturelles de leurs populations humaines et de leurs usagers, qu’ils agissent dans un cadre professionnel ou non. C’est une affaire de principe et d’efficacité. En principe, l’approche écosystémique prend en compte les humains, dans leur diversité, comme faisant partie intégrante des écosystèmes. En pratique, les communautés locales doivent s’approprier les objectifs de gestion des AMP. Pour accroître leur participation, il convient de reconnaître la pleine valeur de leurs connaissances empiriques. Notamment, la science participative a le vent en poupe et constitue une manière intéressante de collecter des données tout en favorisant l’implication du public et en le sensibilisant.

Patrimoines et perspectives culturels et traditionnels [2H]

Connaissances et valeurs traditionnelles, sites sacrés et religieux, usages ancestraux : tout ceci peut apporter une contribution essentielle à la gestion et à la planification des AMP.

Services écosystémiques [2I]

Les bénéfices de l’approche écosystémique sont largement reconnus pour la conservation et la gestion dynamique d’environnements côtiers et marins. Le concept de services écosystémiques apporte une aide cruciale à la prise de décisions. Les écosystèmes marins et les AMP elles-mêmes peuvent être évalués par le biais d’études coûts/bénéfices, parmi d’autres méthodes à définir et évaluer. Cette étape franchie, il reste à communiquer leur valeur aux parties prenantes et à définir des mécanismes de compensation.

Approches participatives [2J]

Les sciences sociales jouent un rôle croissant dans l’étude, la création et l’organisation des AMP. La géographie permet de prendre du recul et d’envisager les problématiques à des échelles adaptées à la conception et à la gestion des AMP. Les paysages marins constituent un domaine d’étude émergent, avec des perspectives encourageantes. La sociologie et l’anthropologie interagissent avec la définition même des AMP, pour les rendre à la fois plus efficaces et plus respectueuses des populations humaines. Cette partie du programme met donc en avant les communautés locales, en tant qu’acteurs essentiels de la création et de la gestion des AMP, mobilisables par le biais de consultations et d’un gouvernement participatif. Leur implication permet de prendre en compte les pratiques ancestrales d’exploitation des ressources locales et régionales, ainsi que les lois coutumières et les systèmes de gestion autochtones.

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to Twitter